En préambule relisons ce texte de Michael Balint dans « Amour primaire et Technique psychanalytique ».

« Tous nos termes techniques portant sur cette période précoce de la vie psychique dérivent de phénomènes objectifs ou d'expériences subjectives de la sphère « orale » comme par exemple avidité, incorporation, destruction par succion, mastication et morsure, projection sur le modèle du cracher et du vomir, etc.

Assez malheureusement nous avons presque totalement omis d'enrichir notre connaissance de ces phénomènes très précoces, très primitif, en créant des notions théoriques et en inventant des termes techniques fondés sur les expériences, l'imagerie et les implications des autres sphères. Ces sphères sont entre autres la sensation de chaleur, les bruits et les mouvements rythmiques, les murmures vagues et adoucis, les effets irrésistibles et envahissants des saveurs et des odeurs, des contacts physiques étroits, des sensations tactiles et musculaires, en particulier au niveau des mains et aussi le pouvoir indéniable de tous ces facteurs de susciter ou d'apaiser les angoisses et les soupçons, de provoquer un état de contentement bien heureux ou une solitude atroce et désespérée. Du fait de cette omission, il est fort probable que le temps viendra où nos théories actuelles seront considérées comme gravement insuffisantes et irrémédiablement boiteuses. »

Nicole Fabre présente dans son livre la technique du rêve éveillé dirigé comme un retour à ce temps archaïque du sujet à travers l'expression de l'imaginaire et de la régression vécue dans son expérience.

Au fil des chapitres à travers les vignettes cliniques, Nicole Fabre aborde les thèmes de l'ouverture au vécu corporel, de l'image maternelle et de son ambivalence. Elle illustre au travers de ce retour à l'archaïque le sens de la fusion, les fantasmes de dévoration, morcellement et indifférenciation.

Au-delà de ses aléas, le cheminement se fait vers la naissance psychique qui est séparation lorsqu'on devient son propre père et sa propre mère. Le parcours guidé par Nicole Fabre permet de situer la place particulière occupé par le rêve éveillé dirigé dans sa différenciation tant avec la thérapie comportementale que la psychanalyse classique.